Vous aviez aimé R.Lamoureux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Vous aviez aimé R.Lamoureux

Message  Lisa le Sam 9 Mai - 18:38

PASSE SIMPLE :
 
Lorsque je regarde en arrière
Et que je vois mes saisons
Saisons de peines et de misères
Alors j'aime bien ma maison.
J'ai connu tant d'escaliers sombres
De portes qui s'ouvraient sans clé
De couloirs enfoncés dans l'ombre
Où l'amour s'apprend au toucher.
Lorsque je regarde en arrière
Et que je revois mes saisons
Toutes ces peines, ces misères
Me font mieux aimer ma maison.
 
 
Lorsque je regarde en arrière
Je vois ma vie au jour le jour
Je revois mes amours légères
Alors j'aime bien mon amour.
Amours d'antan, amours frivoles
Où l'on reçoit sans rien donner
Amours bâtis sur des paroles
Que le cœur n'a pas prononcé
Lorsque je regarde en arrière
Je vois ma vie au jour le jour
Et toutes ces amours légères
Me font mieux aimer mon amour.
 
 
Lorsque je regarde en arrière
Jour après jour, je vois ma vie
Mes trahisons et mes colères
Alors j'aime bien mes amis.
Ils m'ont pardonné mes offenses
Mes offenses, mes vanités
Et c'est bien plus dur qu'on ne pense,
Quand on aime, de pardonner.
Lorsque je regarde en arrière
Jour après jour, je vois ma vie
Et tous ces pardons de naguère
Me font mieux aimer mes amis.
 
 
Lorsque je regarde en arrière
Mon passé est là qui me suit
Il est calme comme un grand frère
Et je sens sa force infinie.
Il apaise mes amertumes
Avec les douleurs d'autrefois
Les vanités de la fortune
C'est grâce à lui que je les vois.
Lorsque je regarde en arrière
Jour après jour, je vois ma vie
Mes joies d'antan se sont effacées.
Mais il me reste mes misères,
J'en fais de douces lumières
Qui me font mieux aimer la vie.



*******



La plupart du temps
Quand on aime et qu’on a vingt ans
Ce n’est jamais pour de l’argent
Les jeunes filles se disent … en rêvant
Ça m’est égal qu’il ait de l’argent
Ce que je veux seulement, c’est qu’il soit grand
Avec un sourire éclatant
Et puis … le reste … évidemment
Mais enfin la plupart du temps
Quand on aime et qu’on a vingt ans
Ça n’est jamais pour de l’argent

La plupart du temps
Quand on aime et qu’on a quarante ans
Ce n’est pas toujours pour de l’argent
Mais … on y pense de temps en temps
On pense à l’avenir, aux enfants
Aux soupers fins, aux bons restaurants
Avec Monsieur … avec … ou sans
Mais enfin, la plupart du temps
Quand on aime et qu’on a quarante ans
Ce n’est pas toujours pour de l’argent

La plupart du temps
Quand on aime et qu’on a soixante ans
Ce n’est pas forcément pour de l’argent
Mais … on s’renseigne un peu avant
Vous avez un appartement ? une bonne pension ? …
Et votre vieil oncle … il va … comment ?
Mais enfin, la plupart du temps
Quand on n’aime et qu’on a soixante ans
Ce n’est pas forcément pour de l’argent

La plupart du temps
Quand on aime et qu’on a quatre-vingts ans
Ce n’est plus pour de l’argent
Pourvu qu’on puisse de temps en temps
S’offrir un p’tit verre de vin blanc
Ben, mon Dieu, c’est bien suffisant
Et d’ailleurs, c’est ça qui est tordant
Quand on aime et qu’on a quatre-vingts ans
C’est tout à fait comme à vingt ans
Ce n'est jamais pour très longtemps.

avatar
Lisa


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vous aviez aimé R.Lamoureux

Message  chimène le Sam 9 Mai - 18:52

merci Lisa !

_________________
Ne regrettez pas de vieillir, tout le monde n'a pas ce privilège.

avatar
chimène


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vous aviez aimé R.Lamoureux

Message  morticia le Sam 9 Mai - 19:22

OH OUI ! J'aime énormément !!!!

Même que ça me fait pleurer tiens........
❤
avatar
morticia
Modératrice


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vous aviez aimé R.Lamoureux

Message  Lisa le Sam 9 Mai - 20:11

Tout cela me touche même si je n'ai pas connu...
avatar
Lisa


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vous aviez aimé R.Lamoureux

Message  Lisa le Dim 10 Mai - 1:19

Éloge de la fatigue.


Vous me dites, Monsieur, que j'ai mauvaise mine,
Qu'avec cette vie que je mène, je me ruine,
Que l'on ne gagne rien à trop se prodiguer,
Vous me dites enfin que je suis fatigué.

Oui je suis fatigué, Monsieur, et je m'en flatte.
J'ai tout de fatigué, la voix, le coeur, la rate,
Je m'endors épuisé, je me réveille las,
Mais grâce à Dieu, Monsieur, je ne m'en soucie pas.
Ou quand je m'en soucie, je me ridiculise.
La fatigue souvent n'est qu'une vantardise.
On n'est jamais aussi fatigué qu'on le croit !
Et quand cela serait, n'en a-t-on pas le droit ?

Je ne vous parle pas des sombres lassitudes,
Qu'on a lorsque le corps harassé d'habitude,
N'a plus pour se mouvoir que de pâles raisons...
Lorsqu'on a fait de soi son unique horizon...
Lorsqu'on a rien à perdre, à vaincre, ou à défendre...
Cette fatigue-là est mauvaise à entendre ;
Elle fait le front lourd, l'oeil morne, le dos rond.
Et vous donne l'aspect d'un vivant moribond...

Mais se sentir plier sous le poids formidable
Des vies dont un beau jour on s'est fait responsable,
Savoir qu'on a des joies ou des pleurs dans ses mains,
Savoir qu'on est l'outil, qu'on est le lendemain,
Savoir qu'on est le chef, savoir qu'on est la source,
Aider une existence à continuer sa course,
Et pour cela se battre à s'en user le coeur...
Cette fatigue-là, Monsieur, c'est du bonheur.

Et sûr qu'à chaque pas, à chaque assaut qu'on livre,
On va aider un être à vivre ou à survivre ;
Et sûr qu'on est le port et la route et le quai,
Où prendrait-on le droit d'être trop fatigué ?
Ceux qui font de leur vie une belle aventure,
Marquant chaque victoire, en creux, sur la figure,
Et quand le malheur vient y mettre un creux de plus
Parmi tant d'autres creux il passe inaperçu.

La fatigue, Monsieur, c'est un prix toujours juste,
C'est le prix d'une journée d'efforts et de luttes.
C'est le prix d'un labeur, d'un mur ou d'un exploit,
Non pas le prix qu'on paie, mais celui qu'on reçoit.
C'est le prix d'un travail, d'une journée remplie,
C'est la preuve, Monsieur, qu'on marche avec la vie.

Quand je rentre la nuit et que ma maison dort,
J'écoute mes sommeils, et là, je me sens fort ;
Je me sens tout gonflé de mon humble souffrance,
Et ma fatigue alors est une récompense.

Et vous me conseillez d'aller me reposer !
Mais si j'acceptais là, ce que vous me proposez,
Si j'abandonnais à votre douce intrigue...
Mais je mourrais, Monsieur, tristement... de fatigue.
avatar
Lisa


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vous aviez aimé R.Lamoureux

Message  MiMi le Lun 11 Mai - 5:35

Un grand merci lisa  

_________________
:mimi :chatcoeur




Il y a deux moyens d'oublier les tracas de la vie : la musique et les chats
avatar
MiMi


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vous aviez aimé R.Lamoureux

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum